Curiosités féminines

Au Cabinet de Curiosités Féminines, on vient causer plaisir féminin avec d’autres femmes, on vient écouter d’autres expériences, on vient collecter des infos sur la thématique du jour… Pour la première, le 8 mars 2013, une petite dizaine de femmes se réunissaient autour d’Alexia et Camille-Emmanuelle, ambassadrices du cabinet et créatrices du projet. La tenue chic et sexy n’était pas de rigueur, mais visiblement elles avaient décidé d’être belles. Dans cet appartement chic du 18e arrondissement de Paris, bien installées dans leurs fauteuils et nourries aux biscuits apéro, au blanc et au rouge, ces dames ont laisser leurs langues se délier pour parler plaisir solitaire…

Merci à l’hôte secrète de l’appartement ainsi qu’à l’équipe du Cabinet de Curiosités, et puis évidemment aux participantes de l’atelier qui ont accepté sans sourciller la présence du micro…

Découvrez ici l’article de Lauren Provost, journaliste au Huffington Post, également présente lors du premier Cabinet de Curiosités Féminines.

Et puis, sur le même sujet mais sur un tout autre ton, Le Moineau Phonique est fier de vous annoncer qu’il a travaillé avec France Culture et que son documentaire « Mon Corps, le Plaisir et Moi » a été diffusé sur les grandes ondes mardi 23 avril à 23h et qu’il est podcastable et écoutable ici… Fruit de longs mois de travail, ce documentaire donne la parole à des femmes et à des hommes sur le sujet encore trop tabou de la masturbation féminine…

Photo : Joran Tabeaud

Polarités

Il arrive qu’un mouvement vous mène subitement à rencontrer quelqu’un d’inconnu et pourtant si familier que cette personne vous appelle, comme un aimant.

Pourquoi maintenant ?

Alter aussi étrange que savoureux, vierge de vos projections,
une éclatante intelligence, compréhension s’impose à vous.
Comme si les âmes n’avaient pas besoin d’enveloppe du tout.

Étonnant spécimen humain que l’être fraîchement aimé, habitant cru et léger de votre palpitant.
Dans ces cas là alors, on peut choisir de protéger ce trésor si rare et si puissant.
Votre Histoire d’Amour déjà ancienne pourrait se métamorphoser en un charnier fumant.

Évoquer cette rencontre et l’émotion qui vient lui donne déjà de l’importance et se change en un détonateur.
Celui qui ne fait pas parti de la fête, abandonné, devrait avoir la force généreuse de s’ouvrir et d’accueillir votre joie, profiter de ce vent rénovateur.

On se demande qui, on se demande quoi, pour quoi ?
Quel est ce sentiment à la fois de bonheur pour l’autre, à la fois de rupture pour soi, dans cette continuité tant chérie par le couple ?
Quand l’un voit ses couleurs ravivées, l’autre se trouve grisé dans son for intérieur.
Le déchirement opère.

 Aimer une personne toute sa vie, je suis sûre que c’est authentique.
Quand on aime, c’est pour toujours, je ne vois pas pourquoi ce serait autrement.
Être étourdi par le parfum de l’amour chaque fois qu’il vous frôle, c’est quelque chose que je comprends aussi. Car quoi de plus délicieux ?

1+1 = 1 sinon rien,
ça je ne crois pas.
L’amour n’a pas de loi,
Il se bricole et se créé , je crois, au jour le jour,
au gré de cette perméabilité intérieure
avec laquelle on tisse nos liens.

 

Nous les femmes, sournoises et méchantes

Un des clichés récurent trop souvent scotché sur le front de la femme, c’est qu’elle est douce et compréhensive, maternelle et non violente par nature… En tant que femme, je pourrais estimer que c’est hyper flatteur, chic et plutôt classe, mais si je fais preuve d’esprit critique et que je sors de ma botte secrète ma clairvoyance et ma lucidité, ça me donne envie de m’exprimer très vulgairement et de devenir verbalement violente, chose qui, si l’on en croit les clichés, ne devrait même pas passer par le cerveau d’une femelle normalement constituée. Pourtant, je vous l’assure, je suis biologiquement à la pointe de la féminité…

Avertissement : mon objectif ici est de démontrer que les clichés sentent vraiment très mauvais, que les femmes ne se réduisent pas à de la gentillesse et à de la délicatesse gratuites et sont des êtres humains comme les autres, munies de tares et capables d’excès, et que là, on en a la preuve décédée…

Dans son Miss Maggie sorti en 1985, à la fois hymne à la femme non stéréotypée et véritable pamphlet contre une Margaret Thatcher en plein buzz, le jeune rebelle Renaud chante que l’exception confirme la règle et sous-entend (merci Renaud) que les généralités ne font souvent pas bon ménage avec les réalités. Pendant son mandat de premier ministre du Royaume Uni qui a duré exactement 11 ans, 6 mois et 24 jours, la Dame de Fer n’a pas volé son sobriquet, prouvant au monde entier que les clichés étiquetés à la gente féminine, on pouvait se les carrer bien profondément dans le séant.

Douce… Miss Maggie a-t-elle, pendant son mandat, fait preuve de douceur envers ses compatriotes ? La dissuasion nucléaire, est-ce une manière douce de protéger ses congénères?

Compréhensive… Fermer les mines de charbon et imposer le chômage à des dizaines de milliers de travailleurs, est-ce vraiment tenter de les comprendre ? Et mettre des bâtons dans les roues des syndicats, est-ce que c’est tenter de comprendre les travailleurs ?

Maternelle… Ne pas réagir face aux grèves de la faim d’hommes de l’IRA provisoire, allant jusqu’à laisser mourir 10 personnes, est-ce bien de l’ordre de l’instinct maternel ?

Non violente… Et la guerre des Malouines, et les mineurs, et les syndicats, et les grévistes de la faim, et la dissuasion nucléaire ? Et et et…

En voilà, un bon paquet d’exceptions poussées jusqu’à d’inacceptables extrêmes ! Et tout ça par une seule et même femme !

Dans chaque être s’emboîtent et se croisent féminité et masculinité, individualité et humanité. Chaque individu a ses qualités et ses défauts, son tempérament et ses particularités, sa propre complexité. Et oui, certaines femmes peuvent même se comporter en tyrans ! Encore une occasion pour tirer la chasse aux généralités !

Débruitage

Certains sons empoisonnent le quotidien de votre oreille? Ils vous renvoient à de mauvais souvenirs? Ils vous font hérisser le poil? François Teste et Christophe Deleu vous proposent de rencontrer un débruiteur… Une oeuvre sonore diffusée à l’Atelier de la Création sur France Culture…
>www.franceculture.fr/emission-l-atelier-de-la-creation-debruitage