Songes


Regarde,
Au fond de l’eau qui court,
Se reflète mon image.
Si tu fouilles mes secrets
Sans froisser mes profondeurs,
Tu feras la découverte d’un cœur à cran,
Où là aussi sévit la mousson,
Quand palpite l’amour en miettes,
Quand une quinte de tien prend la forme d’un S étiré,
Celle d’une longue tristesse,
Quand au matin,
Depuis le hublot de mon réveil,
Je contemple ton lointain.

Texte écrit lors d’un atelier d’écriture animé par Yves Béal du Groupe Français d’Education Nouvelle.

Critique de la déraison touristique

Rodolphe Christin fait la distinction entre voyage et tourisme. Le voyage, quand, au hasard des rencontres, les portes s’ouvraient, laissant place aux rencontres impromptues et désintéressées. Le tourisme, l’illusion de la liberté, l’adhésion aveugle à une logique mercantile… Il a été interviewé sur France Culture pour l’émission Tout un Monde.

« Le soin de Robin »

Sans fard ni effusion d’émotions, Marion raconte son fils de 7 ans, Robin, diagnostiqué autiste, ou TED « Trouble Envahissant du Comportement ». Une réalité pas facile à gérer, un quotidien qui pose d’autres questions. C’est très beau, très intéressant, très touchant. Signé Olivier Minot pour Arte Radio.

« Poudreuse dans la Meuse »

Dans la Meuse, la consommation d’héroïne est cinq fois supérieure à la moyenne nationale. Mehdi Ahoudig est parti enquêter vers Verdun, donnant la parole du côté de la police, de la justice, des consommateurs, des travailleurs sociaux… Poudreuse dans la Meuse, c’est un documentaire passionnant à écouter sur Arte Radio.

« Jeunes mamans »

Devenir mère très jeune et l’assumer, le vivre avec maturité, c’est ce qu’ont vécu Lysa et Divine, deux jeunes mamans hébergées au Domamour, une maison d’accueil pour les mères adolescentes. Dans Jeunes mamans, elles racontent leur parcours et leur histoire, livrent leurs craintes et leurs petits bonheurs. C’est signé Léa Minod sur France Culture.

Asia Song

« Asia Song » c’est un délire mixouillé, l’addition de deux moments inoubliables, des instantanés sonores forts en émotions à l’enregistrement qui se retrouvent servis dans la même assiette et qui se dégusteraient plutôt en dessert, un dessert qui porterait le délicieux nom de « méli-mélo de saveurs asiatiques »… C’est en fait un plat qui ne se mange ni chaud ni froid, un plat qu’on aime ou qu’on n’aime pas, un plat sucré et salé à la fois qui viendrait d’une recette sans queue ni tête…

« Nous n’irons plus au bois »

Après avoir été déserteur pendant la Grande Guerre, Paul Grappe a décidé de se cacher en se travestissant. Pendant 10 ans, il devient Suzanne. Nous n’irons plus au bois, c’est une histoire vraie qui en apprend beaucoup sur le Paris des années folles, le Bois de Boulogne, les relations femmes-hommes, femmes-femmes, hommes-hommes… L’histoire est aussi magnifiquement racontée dans « Mauvais Genre », une bédé de Chloé Cruchaudet et dans « La Garçonne et l’Assassin », un livre de Fabrice Virgili et Danièle Voldman.

« Paroles »

« En vie : le groupe de Paroles » fait partie de ces documentaires pleins de délicatesse. Pour ce 7e épisode, Elise Andrieu est allée immiscer son micro dans un groupe de parole dans lequel on s’écoute parler avec lucidité du cancer et de la vie qui continue, sans misérabilisme. Ce son fait partie d’une série intitulée « En vie », dans laquelle, chaque mois, on retrouve Robert, 72 ans, atteint d’un cancer.

« Zone de Guerre »

Après la mort de Rémi Fraisse sur la Zone A Défendre du Testet le 25 octobre 2014, Arte Radio propose un reportage dans lequel deux militants contre le barrage de Sivens apportent leurs témoignages sur les violences policières. Ca ne casse pas des briques mais ça a le mérite d’exister. C’est signé Marine Vlahovic.

Sur le dos de la Terre

Dans un bateau sur la Nam Ou, Laos, 2012

Bien plus que deux extrémités munies de cinq doigts boudinés, les pieds sont liens avec la Terre. Les orteils en épousent la forme et en ressentent chaque anfractuosité. Témoins des singularités qu’ils foulent, ils nous rappellent, si l’on s’y attarde, notre condition d’êtres mortels, minuscules et insignifiantes entités voyageant sur le dos de la Terre, produits de matières, poussières qui redeviendront poussières…

Conçus pour protéger nos vulnérables petons, chaussettes, chaussures et chaussons sont barrages avec la Terre. Soquettes et bottines font fi des singularités des sols. Sous prétexte de faire front contre les agressions extérieures, elles entravent les mouvements des doigts de pieds et par là même la libre circulation des idées, des réflexions sur notre place à nous, êtres humains, dans ce grand univers.

On nous enseigne bien jeune à faire nos lacets mais nous apprend-on à savoir qui nous sommes, à suivre notre propre chemin ?

Ceci n’est pas un (mini) plaidoyer contre les chaussures, c’est juste un (mini) éloge des pieds.