Qui met la puce à l’oreille d’un Moineau Phonique ?

Le meilleur des trucs que nous avons joyeusement picoré est ici, nous vous invitons à « becqueter » avec nous !

Des femmes et des bébés à Ravensbrück

Des femmes et des bébés à Ravensbrück, un documentaire de François Teste et Irène Omelianenko, réalisé grâce à des archives de l’INA. Début de vie en camp de concentration, grossesses… Comment la vie fait-elle surface dans les conditions impensables de la vie des camps ?

Joué lès Tours

Un pertinent reportage d’Olivier Minot, diffusé le 28 janvier dernier dans Les Pieds sur Terre et qui donne, je trouve, matière à penser l’actualité en rapport avec des événements récents…  » Fin décembre, Bertrand N. dit « Bilal » attaque le commissariat de Joué-lès-Tours au couteau en criant « Allahu akbar ». Il est abattu par les policiers. Sauf que personne, à Joué, ne croit à cette version (…) » Cela se passe dans la ville de Joué lès Tours…

Critique de la déraison touristique

Rodolphe Christin fait la distinction entre voyage et tourisme. Le voyage, quand, au hasard des rencontres, les portes s’ouvraient, laissant place aux rencontres impromptues et désintéressées. Le tourisme, l’illusion de la liberté, l’adhésion aveugle à une logique mercantile… Il a été interviewé sur France Culture pour l’émission Tout un Monde.

« Le soin de Robin »

Sans fard ni effusion d’émotions, Marion raconte son fils de 7 ans, Robin, diagnostiqué autiste, ou TED « Trouble Envahissant du Comportement ». Une réalité pas facile à gérer, un quotidien qui pose d’autres questions. C’est très beau, très intéressant, très touchant. Signé Olivier Minot pour Arte Radio.

« Poudreuse dans la Meuse »

Dans la Meuse, la consommation d’héroïne est cinq fois supérieure à la moyenne nationale. Mehdi Ahoudig est parti enquêter vers Verdun, donnant la parole du côté de la police, de la justice, des consommateurs, des travailleurs sociaux… Poudreuse dans la Meuse, c’est un documentaire passionnant à écouter sur Arte Radio.

« Jeunes mamans »

Devenir mère très jeune et l’assumer, le vivre avec maturité, c’est ce qu’ont vécu Lysa et Divine, deux jeunes mamans hébergées au Domamour, une maison d’accueil pour les mères adolescentes. Dans Jeunes mamans, elles racontent leur parcours et leur histoire, livrent leurs craintes et leurs petits bonheurs. C’est signé Léa Minod sur France Culture.

Délier les langues…

Dans le cadre du chantier Langues et Radio de Syntone, Laurence Courtois intervient en tant que conseillère littéraire aux Fictions de France Culture et auteure de documentaires radiophoniques. Dans un article passionnant, elle propose son analyse de la problématique des langues étrangères à la radio. Comment les valoriser tout en restant dans la clarté ? La radio peut elle palier aux limites que représente une langue que l’on ne peut pas comprendre à priori ? C’est sur le site Syntone !

« Nous n’irons plus au bois »

Après avoir été déserteur pendant la Grande Guerre, Paul Grappe a décidé de se cacher en se travestissant. Pendant 10 ans, il devient Suzanne. Nous n’irons plus au bois, c’est une histoire vraie qui en apprend beaucoup sur le Paris des années folles, le Bois de Boulogne, les relations femmes-hommes, femmes-femmes, hommes-hommes… L’histoire est aussi magnifiquement racontée dans « Mauvais Genre », une bédé de Chloé Cruchaudet et dans « La Garçonne et l’Assassin », un livre de Fabrice Virgili et Danièle Voldman.

« Paroles »

« En vie : le groupe de Paroles » fait partie de ces documentaires pleins de délicatesse. Pour ce 7e épisode, Elise Andrieu est allée immiscer son micro dans un groupe de parole dans lequel on s’écoute parler avec lucidité du cancer et de la vie qui continue, sans misérabilisme. Ce son fait partie d’une série intitulée « En vie », dans laquelle, chaque mois, on retrouve Robert, 72 ans, atteint d’un cancer.

« Zone de Guerre »

Après la mort de Rémi Fraisse sur la Zone A Défendre du Testet le 25 octobre 2014, Arte Radio propose un reportage dans lequel deux militants contre le barrage de Sivens apportent leurs témoignages sur les violences policières. Ca ne casse pas des briques mais ça a le mérite d’exister. C’est signé Marine Vlahovic.