Asia Song

« Asia Song » c’est un délire mixouillé, l’addition de deux moments inoubliables, des instantanés sonores forts en émotions à l’enregistrement qui se retrouvent servis dans la même assiette et qui se dégusteraient plutôt en dessert, un dessert qui porterait le délicieux nom de « méli-mélo de saveurs asiatiques »… C’est en fait un plat qui ne se mange ni chaud ni froid, un plat qu’on aime ou qu’on n’aime pas, un plat sucré et salé à la fois qui viendrait d’une recette sans queue ni tête…

Socialement parlant on s’en fout!

Photo : G. Falgon

Au départ, c’est un processus trouble à bord duquel on se risque, où il faut se laisser délicieusement bercer. Ca tourne ensuite au feu d’artifice d’idées, lorsque l’on se délecte d’absurde et d’inconnu et que, dans le feu de l’action, l’on ne sait plus trop ce que l’on veut dire ni maîtrisons l’intégralité de ce que l’on fait, mais où l’on sait qu’on finira bien par retomber sur ses pattes. Et puis, quand vient le temps des essayages, du mâchouillage et des malaxages, que l’aventure continue et que tout prend sens, l’on se recentre et prend conscience qu’elle est vraiment enrichissante, cette expérience…

Lorsqu’une équipe de joyeux bidouilleurs de sons se réunit pour déconstruire leur vision classique et normée de l’interview, ils se retrouvent à naviguer sur les méandres vertigineux des voix et des paroles. Parfois, elles s’envolent et leur échappent, d’autres fois ils les capturent et les manipulent. Ca donne des situations cocasses, des mises en scène étonnantes, des questionnements surprenants, et pourquoi pas un résultat… intéressant ?


Ce son est un extrait de la création sonore issue de la formation « L’interview étendue » animée par Alessandro Bosetti en juillet 2014, dans le cadre de l’association Phonurgia.

Le montage est signé Aline, Lucinda et Eloïse, les prises de son sont de tout le monde : Déborah, Adeline, Cathy, Rémi, Caroline, Agnès, Maxim. Curieux, je vous invite à écouter « Qu’est ce que vous voulez que je vous dise? », la pièce dans son intégralité.

Le creux des mots crus

Inspirée des unes du Dauphiné Libéré grenoblois, autrement surnommé le « Daubé » par ses détracteurs, cette création sonore invite à un regard décalé sur le contenu de ce que ce genre de rédaction (si tant est qu’il en soit une) cherche à nous suggérer… Mais ce n’est qu’un début, une forme encore très embryonnaire de mes pensées à ce sujet…

 

Quels mots pour le plaisir au féminin ?

A la manière du vocabulaire musical, quoi de plus parlant qu’un soupir, un silence ou un rire gêné, lorsqu’on formule ces sensations liées à notre plaisir intime ?
Les instruments, volumineux et ronds comme la contrebasse ou le violoncelle, m’ont toujours inspiré l’épaisseur et le velours, la consistance de ces voluptés…

Jugez-en par vous-même…

 

Sers moi un rêve – RadiOnirisme n°1

On a tous rêvé un jour, une nuit.
Et vous, de quoi rêvez-vous ?
Françoise nous livre ici ses aventures sur l’oreiller :
crêpe relationnelle, tondeuse à gazon ou encore couverture en laine…

Premier épisode de la série radiOnirique « Sers moi un rêve ».

Devenir soi

Un samedi de septembre où il faisait beau et bon vivre, j’ai arpenté les ruelles de Cluny avec mon micro. Cluny semble être une ville faite de convergences spirituelles, artistiques et culturelles, dont l’abbaye magnifique est bien connue en Europe et dont les Arts et Métiers attirent plus d’un étudiant…
En effet Cluny est une ville très belle, baignée d’une âme singulière.
C’est ce matin là, glacial et ensoleillé, au marché, dans les ruelles remplies d’Histoire, dans le cloître de l’abbaye, que j’ai posé cette question aux passants : « Qu’est ce que, pour vous, devenir soi-même » ?
Surprenante question, la plupart du temps, pour tout les passants, mais rarement esquivée.
Tout le monde ou presque se sent concerné par le Devenir Soi, mais tout le monde ne l’entend pas de la même façon…

Pour moi, le Devenir Soi se fait écho de grandes qualités humaines, cultivées pour soi et les autres.
Ce même Devenir qui nous pousse dans un mouvement perpétuel de l’esprit et du corps, souffle qui dans l’art de vie nous mène à « résonner » un peu mieux, en sympathie avec nous-même, avec ceux qui nous entourent.
Ecouter, regarder, sentir, toucher, goûter à pleins sens qui je, tu, nous sommes profondément.
Quête d’harmonie ? Art de s’émanciper ?
Il semble qu’il est nécessaire de faire place en soi-même pour accompagner ce mouvement vers le Devenir.
Ecouter en soi et venir à la rencontre pourraient en être le début.



Moi? No!

Septembre 2012, le Moineau Phonique brise sa coquille.
Composé uniquement de sons enregistrés par la maison (sauf les chips !), cette création originale s’installe dans votre oreille le temps de faire connaissance…
Merci aux tourterelles, merles, moineaux, et autres drôles d’oiseaux (tueurs en série, gais pinsons, oisillons hurleurs et échassiers échevelés) qui ont prêté leurs gosiers à l’expérience.
Bravo à Eric(s), Manon, Dora, Sylvain, Anne, Péroline, François(e), Pia, Guillaume(s), Jean-Noël, Laurie, Katy, Duna, Florian, Lola…
Sauront-ils se reconnaître ?