L’autre lune

Chaque lune nouvelle apporte avec elle la matière, un virage et son torrent de larmes, en ces points de cycles faits d’agrégats de petites morts.
Pas la mort avec un grand « M » non, mais plutôt toutes ces (en)vies interrompues, prémices d’un chemin fantastique. Toutes les vies dont on rêve aussi.
Chaque passage nous demande de les dénombrer, d’en apprécier le poids et de les ranger bien pliées dans notre for intérieur… jusqu’à la prochaine fois.
Elles continuent de jouer leur petit théâtre d’atomes en suspend, adorables miettes à l’envergure de joyaux.
Dans ce jeu d’ombres, l’éclairage oscille toujours entre le brun et le rouge foncé.
Je trouve libérateurs les torrents de larmes qui lavent mon âme de ses nœuds et ses tensions.

Sans aucune autre vélléïté, sans que palpiter ne m’inquiète.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>