Sur La Route

« Sur La Route » a reçu le 2e prix du concours Libé/Apaj/France Culture

Daniela et Nelson, Volcan Santa Ana, El Salvador. Photo : Flor

 

« On croit qu’on va faire un voyage, mais bientôt c’est le voyage qui vous fait, ou vous défait » écrivait Nicolas Bouvier dans « l’Usage du Monde » en 1963.

De voyage, l’on rapporte bien plus que les quelques photos que l’on partage, les quelques souvenirs que l’on évoque. Malgré soi et à l’insu des autres, on en revient changé, « plumé ou essoré », grandi, diront certains.

Le voyage suscite les rencontres et chamboule les habitudes, il nous mène là où d’ordinaire, nous n’allons pas.

Ce son est un carnet de voyage. En avril et mai 2014, je suis allée en Amérique Centrale, au Salvador et au Nicaragua. Il m’est difficile de déterminer ce que ce voyage m’a apporté. Une chose est sûre, c’est que Nicolas Bouvier avait raison : j’en ai ramené tout autre chose que ce que j’allais y chercher. J’ai traversé des paysages, des langues, des cultures, mais j’ai aussi atteint des limites, ressenti mille émotions, vécu, tout simplement, les réalités que la vie m’a tendues.

Je dédie ce carnet de voyage sonore à Nelson dont le sourire restera toujours dans mon cœur, à Daniela que j’aime profondément et à Guillaume, mon Amour, auprès de qui j’avance et j’apprends, envers et contre tout.

Les citations sont issues d’ouvrages de Nicolas Bouvier, « L’usage du monde », « Le poisson-scorpion », « Chroniques japonaises », « Le vide et le plein (Carnets du Japon, 1964-1970).

Retrouvez la version courte de ce carnet de voyage sonore sur Libération.fr

7 réflexions au sujet de « Sur La Route »

  1. Merci pour ce voyage, pour ta voix qui transporte et pour tes mots qui transpercent.

  2. « sur la route je serais bousculée »
    Je vous écoute, et imagine, assise au jardin, en regardant un érable flamboyant de rouge cet automne en Normandie.
    Merci pour votre immense capacité de partager l’essentiel, qui je pense fait et fera écho chez chaque auditeur, à ses propres voyages passés et à venir…y compris pour « le luxe de la lenteur »
    MERCI

  3. Merci pour cette conception tant réelle, philosophique et humaine du voyage.
    Je me suis retrouvée dans les émotions que vous apportent le voyage,
    émotions que je recherche chaque jour ,ici, dans ma vie infiniment sédentaire.
    Je suis touchée et persuadée de cette phrase qui vibre dans votre carnet de voyage: « J’ai l’impression de vivre ce qui est Fondamental…. »
    merci Héloïse, et que le voyage soit en toi à chaque instant…..

  4. Merci pour le voyage et au-delà pour la philosophie du monde qu’il offre, cadeau sensible aux humains que nous tentons bien souvent maladroitement d’être. tendresse, Yves

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>