Sur le dos de la Terre

Dans un bateau sur la Nam Ou, Laos, 2012

Bien plus que deux extrémités munies de cinq doigts boudinés, les pieds sont liens avec la Terre. Les orteils en épousent la forme et en ressentent chaque anfractuosité. Témoins des singularités qu’ils foulent, ils nous rappellent, si l’on s’y attarde, notre condition d’êtres mortels, minuscules et insignifiantes entités voyageant sur le dos de la Terre, produits de matières, poussières qui redeviendront poussières…

Conçus pour protéger nos vulnérables petons, chaussettes, chaussures et chaussons sont barrages avec la Terre. Soquettes et bottines font fi des singularités des sols. Sous prétexte de faire front contre les agressions extérieures, elles entravent les mouvements des doigts de pieds et par là même la libre circulation des idées, des réflexions sur notre place à nous, êtres humains, dans ce grand univers.

On nous enseigne bien jeune à faire nos lacets mais nous apprend-on à savoir qui nous sommes, à suivre notre propre chemin ?

Ceci n’est pas un (mini) plaidoyer contre les chaussures, c’est juste un (mini) éloge des pieds.

Une réflexion au sujet de « Sur le dos de la Terre »

  1. dommage Eloise je trouve vraiment trop court ce mini éloge des pieds ils auraient tant à nous dire, surtout lorsque nous pouvons apprécier le contact
    du sable de l’eau de l’herbe fraiche de la prairie marcher ,dans une marche consciente en suivant le rythme de notre respiration , appréciant , l’ai r
    , le vent, j’aime marcher pieds nus dans la maison, sentir la fraicheur du pavé, lorsqu’il fait chaud dehors ..
    je pense que j’étais peut être africaine dans une première vie ..
    car j’aime beaucoup danser pieds nus .. (sans commentaire) bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>