Les Co-Mains

Photo : E. Grimbert

Les Co-mains est un habitat groupé en chantier au sein duquel poésie et bricolage dessinent l’état d’esprit du lieu situé au pied de la Chartreuse, entre Grenoble et Chambéry. Pascal et Véronique façonnent, truellent, assemblent, cassent, empilent, retapent, imaginant leur espace de vie bien plus que de manière fonctionnelle.
Selon des techniques glanées ci et là, osant faire de la construction un art et de l’art une construction pour l’être. Un chantier où l’on a envie de « bousculer les lignes »…

Curiosités féminines

Au Cabinet de Curiosités Féminines, on vient causer plaisir féminin avec d’autres femmes, on vient écouter d’autres expériences, on vient collecter des infos sur la thématique du jour… Pour la première, le 8 mars 2013, une petite dizaine de femmes se réunissaient autour d’Alexia et Camille-Emmanuelle, ambassadrices du cabinet et créatrices du projet. La tenue chic et sexy n’était pas de rigueur, mais visiblement elles avaient décidé d’être belles. Dans cet appartement chic du 18e arrondissement de Paris, bien installées dans leurs fauteuils et nourries aux biscuits apéro, au blanc et au rouge, ces dames ont laisser leurs langues se délier pour parler plaisir solitaire…

Merci à l’hôte secrète de l’appartement ainsi qu’à l’équipe du Cabinet de Curiosités, et puis évidemment aux participantes de l’atelier qui ont accepté sans sourciller la présence du micro…

Découvrez ici l’article de Lauren Provost, journaliste au Huffington Post, également présente lors du premier Cabinet de Curiosités Féminines.

Et puis, sur le même sujet mais sur un tout autre ton, Le Moineau Phonique est fier de vous annoncer qu’il a travaillé avec France Culture et que son documentaire « Mon Corps, le Plaisir et Moi » a été diffusé sur les grandes ondes mardi 23 avril à 23h et qu’il est podcastable et écoutable ici… Fruit de longs mois de travail, ce documentaire donne la parole à des femmes et à des hommes sur le sujet encore trop tabou de la masturbation féminine…

Photo : Joran Tabeaud

Homophobie ordinaire?


« Vous ne passerez pas les portes du paradis », c’est ce qu’a dit un vieux monsieur à une moins vieille dame après qu’elle m’ait confié que l’amour entre deux personnes du même sexe, c’était acceptable, même si bon, c’est un peu déviant quand même…

Curieuse comme je suis, je n’ai pas pu m’empêcher d’aller traîner mon micro à une manifestation anti mariage pour tous organisée à Lyon le 17 novembre dernier…
Je vous laisse découvrir les argumentaires et autres pulsions réactionnaires de la France bien pensante en pleine manif bon enfant… ça fait froid dans le dos !
Souriez, vous êtes clichés !

Photo : Gay Pride, Avenida Paulista, Sao Paulo, Juin 2007

Foudil Benabadji

Foudil Benabadji, algérien arrivé en France à 17 ans dans les années 60, a d’abord commencé une carrière dans le social en tant qu’éducateur.
De fil en aiguille, il a organisé des échanges culturels entre enfants savoyards et maghrébins, a organisé de nombreux échanges et voyages.
Il s’est rapidement passionné pour l’inter-spiritualité, dans la volonté de permettre le dialogue entre les différentes « confessions » présentes en France.
Aujourd’hui aumônier, auprès notamment de jeunes maghrébins dans les prisons, et auprès d’un plus large public dans les hôpitaux, il fait état de la richesse de son parcours.

http://www.memoire-mediterrane.com/

Solid’Action

Dans le village de Saint-Hilaire du Touvet en Chartreuse siège l’association Solid’action fondée en 2001. Elle a pour objectif d’accueillir en son sein des personnes en parcours d’insertion, dans des situations de précarité sociale et/ou relationnelle.

C’est donc à l’intérieur d’une grande bâtisse (ou d’appartements autonomes au coeur du village) que vivent et sont accompagnées ces personnes, vers la dignité, par toute une équipe très dynamique qui leur apporte repères professionnels et affectifs.
Les « gars » (comme dirait Alain Poncet, directeur de Solid’action) s’intègrent dans la vie du village notamment grâce aux travaux d’intérêt public qu’ils effectuent dans la commune. Les habitants reconnaissent leur travail et les acceptent d’un regard en majorité bienveillant…

Le reportage permet d’entendre Alain Poncet nous présenter son travail en tant qu’hôte et directeur. Cet entretien est complété par le témoignage de Laurent, en parcours d’insertion après un long passage en prison.

Ce reportage a été diffusé sur les ondes de Radio France Internationale, dans le cadre des Echanges et Productions Radiophoniques.